Naturopathie

Articles

A-   A+   Envoyer cette page à un ami

   

Anovulants, un kaléidoscope inquiétant ! (1ière partie)

Par Johanne Verdon ND.A.Johanne Verdon

Lorsque l’on parle des huit inventions qui ont changé la vie des femmes, on parle en tout premier lieu de la pilule. Mais l’utilisation de cette fameuse pilule contraceptive est-elle sans danger et a-t-elle vraiment libéré la femme?

Dans les années 60, lorsque la pilule fut introduite au Canada, on était dans le vent, mais 20 ans plus tard, soit dans les années 80, on a commencé à rechercher une vie plus saine et plus équilibrée, et aujourd’hui, devant la triste augmentation du cancer du sein, ainsi que du nombre de femmes allergiques aux aliments, aux produits chimiques et à la pollution (dont on dit qu’elles sont allergiques à notre siècle), on est forcé de se poser des questions.

Cette série de six articles a pour but de mettre le doigt sur divers problèmes qui risquent de devenir le lot de plus en plus de femmes qui, déjà très jeune, commencent à prendre la pilule. Elles doivent au moins être informées, afin qu’elles prennent leurs décisions contraceptives en toute connaissance de cause. Elles doivent savoir que ces risques augmentent avec l’âge et qu’un grave problème écologique est en train de poindre avec l’utilisation des contraceptifs oraux par des millions de femmes. Les hormones se baladent dans l’eau potable et s’unissent aux xéno-œstrogènes. Les poissons, en consommateurs malheureux, les ingurgitent, et voilà maintenant que nombre d’entre eux se baladent avec deux sexes et qu’on s’inquiète, avec raison, devant cette multiplication évidente de poissons androgynes. Si la pilule donne à la femme le contrôle sur sa fécondité, elle ne lui donne pas le contrôle sur sa santé. Souvent elle le lui retire!

Parlons premièrement de la fonction hépatique. Le foie remplie 500 fonctions et est l’usine antipoison du corps. Or, on sait que les progestatifs, soit la progestérone de synthèse des anovulants, la progestine, ralentit la capacité d’épuration du foie. Les oestrogènes élèvent le taux de cholestérol et la progestérone de synthèse retarde la vidange de la vésicule biliaire, ce qui favorise le développement des calculs biliaires. La progestérone de synthèse ralentit l’activité des enzymes qui épurent le sang. La prise de poids est un des effets secondaires de la pilule. Le foie est au métabolisme ce que le cœur est au sang : une pompe! Cette pompe cependant, sous l’effet de la pilule, ne peut s’activer efficacement. Il s’ensuit également un ralentissement de la thyroïde. Qu’arrive-t-il lorsqu’une femme subit l’action conjuguée de cette pilule et d’un antidépresseur? On sait que plusieurs d’entre eux font prendre du poids! Il s’ensuit avec le temps des douleurs au dos, aux genoux et aux hanches, un risque accru de diabète de type 2 et d’hypertension. En somme, c’est le syndrome du métabolisme toxique qui s’installe lentement mais sûrement.

Revenons maintenant aux problèmes d’allergies et aux troubles immunitaires, qui atteignent des proportions que l’on qualifie de plus en plus d’épidémiques, chez les femmes qui prennent la pilule. Il a fallu plusieurs années à divers scientifiques, donc le Dre Ellen Grant, M.D., qui fut associée de très près aux recherches et au développement de la contraception chimique en Grande-Bretagne en 1961, pour arriver à cette conclusion claire que la pilule n’est pas sans danger et qu’elle provoque des modifications immunitaires qui jouent un rôle capital dans l’apparition des effets secondaires de celle-ci. Celles d’ailleurs qui ont des antécédents familiaux allergiques ont, règle générale, des effets secondaires immédiats, comme des maux de tête importants 24 heures après la prise de la première pilule. Les hormones ont un effet indiscutable sur le système immunitaire. Les oestrogènes peuvent augmenter les taux d’anticorps. Plusieurs ORL constatent que les femmes qui prennent la pilule ont souvent des rhinites et/ou le rhume des foins.

Alcool et anovulants ne font d’ailleurs pas bon ménage et beaucoup de femmes qui prennent la pilule remarquent que lorsqu’elles ont bu, elles ont nettement plus la gueule de bois. Les femmes alcooliques qui prennent la pilule ont plus de risques d’avoir un profil hépatique désastreux. Ajoutons une consommation de bière et de divers apéros – dont on dit qu’ils déversent des allergènes à la vitesse d’un avion à réaction parce qu’ils sont faits à base de levures et de grains – à un fond de foie donc les capacités d’épuration sont affectées par la pilule et nous avons là, un portrait qui n’est guère rassurant!

En terminant, savez-vous que chez certaines femmes qui ont des antécédents de schizophrénie, l’association œstrogène-progestérone de la pilule peut être à risque, car elle élève le taux de cuivre du sang (deux fois plus que la normale), ce qui peut perturber sérieusement l’humeur. D’ailleurs, le plasma des femmes qui prennent la pilule a souvent une coloration bleu-vert marquée à cause de ce cuivre, ce qui a déjà inquiété les banques de sang. Le cuivre et le zinc doivent être maintenus en équilibre car ils ont en quelque sorte des fonctions antagonistes. La pilule diminue le taux de zinc et le zinc est aux nerfs ce que le calcium est aux os.

Dans le prochain article, il sera question entre autres de l’influence de la pilule sur l’humeur. La pilule donne-t-elle le cafard, influence-t-elle la libido et peut-elle perturber les relations homme-femme?

Rappelons-nous que l’efficacité de la pilule est de 99,5%. Par contre, lorsque les conditions d’utilisation ne sont pas respectées, cette efficacité peut diminuer très rapidement. L’efficacité des condoms peut atteindre 99% si le condom est utilisé à chaque relation sexuelle, peu importe le moment du cycle. Certains condoms sont pré-lubrifiés. Le lubrifiant, comme on le sait, facilite la pénétration, diminuant le risque de déchirure. Il faut cependant éviter les lubrifiants à base d’huile avec les condoms en latex. On choisira donc un lubrifiant soluble à l’eau. Les contraceptifs hormonaux ne préviennent pas les infections transmises sexuellement, ce que font par contre les condoms.

 

Johanne Verdon, naturopathe agréée Membre de l'ANAQ - Comité médiatique

le 24 février 2009 - Consultez mon profil pour plus d' information.


« Retour
   

Les contenus diffusés sur InfoNaturel  sont informatifs et ne constituent aucunement une recommandation de traitement préventif ou curatif, ordonnance ou diagnostic ni ne doivent être considérés comme tels. L'information ne représente pas un avis médical et ne vise pas à remplacer l'avis d'un professionnel qualifié ou à s'y substituer.

En cas de malaise ou de maladie, consultez un professionnel de la santé reconnu.

Avant de consulter ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l'avis de désengagement de responsabilité et vous êtes en accord avec ses modalités. Si vous n'y consentez pas, cliquez ici
La reproduction des textes est permise mais vous devez inscrire la mention : Extrait du site www.InfoNaturel.ca , la reproduction d'images, des vidéos et trame audio est strictement interdite.

Publicités Google et BiokPlus, Les renseignements diffusés sur InfoNaturel ont pour seul but de fournir de l’information aux visiteurs du site.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.