Naturopathie

Articles

A-   A+   Envoyer cette page à un ami

   

Confusion à propos de la vitamine K

Vrai ou faux : Une consommation accrue de légumes-feuilles verts procure un apport en vitamine K qui aide à prévenir l’ostéoporose.vitamine K

Faux. Si cela vous surprend, c’est sans doute en raison de l’information trompeuse entourant cet important nutriment qui, en fait, est aussi largement répandue que le sont les carences en vitamine K.

La vitamine K n’est pas un nutriment unique, mais bien un groupe de vitamines liposolubles. Tout comme il importe de faire la distinction entre les différentes vitamines B, toute affirmation se veut juste au sujet des bienfaits et des sources alimentaires de « vitamine K » devrait préciser de quel type il s’agit. Heureusement, seuls deux membres de cette famille de vitamines sont porteurs de bienfaits notables. Il existe pourtant un monde de différence entre les deux et les confondre, comme les milieux scientifiques l’on fait pendant soixante ans, pourrait bien nous faire perdre au change.

Depuis leur découverte, qui remonte aux années 1930, les chercheurs ont toujours présumé que la vitamine K1 (phylloquinone) et la vitamine K2 (ménaquinone) étaient simplement deux formes d’un même élément nutritif. Ce n’est qu’en 1997 qu’il a été reconnu que l’action de la vitamine K2 se faisant sentir de façon prépondérante sur le métabolisme du calcium et non sur la coagulation comme la vitamine K1. Certaines études encore plus récentes ont révélé que si les carences en vitamine K1 ne sont pas monnaie courante, il est loin d’en être ainsi pour la vitamine K2.

L’organisme n’emmagasine aucun type de vitamine K en quantité appréciable comme il est en mesure de le faire pour d’autres vitamines liposolubles. La participation importante de la vitamine K1 au processus de coagulation lui vaut cependant une régulation étroite par un mécanisme interne qui minimise l’apport alimentaire requis pour obtenir cette forme de nutriment. Même s’il n’y a pas eu consommation de légumes vertes pendant des semaines, le cycle de la vitamine K permettra à une petite quantité de vitamine K1 d’être réutilisée plusieurs fois pour éviter au corps d’en être dépourvu.

Aucun mécanisme de ce genre n’existe pour éviter les carences en vitamine K2. Or, les effets à long terme d’une déficience sont insidieux : ostéoporose, athérosclérose et carie dentaire. Contrairement à certaines espèces animales, les humains ne bénéficient pas de la faculté de synthétiser les vitamines K1 et K2 en quantité suffisante pour éviter les carences. Nous devons pouvoir compter sur notre alimentation pour combler nos besoins en vitamine K2, ce qui rend ce nutriment essentiel.

Les sources alimentaires de vitamine K2 sont relativement courantes : jaune d’œuf, beurre, foie. Afin de bénéficier d’un apport intéressant en vitamine K2, il faudra par contre que ces aliments proviennent d’animaux élevés au pâturage, plutôt que nourris au grain, ce qui est assez rare de nos jours, mais il vaut vraiment la peine de pousser ses recherches. Le natto, mets japonais à base de soja fermenté, est une excellente source de vitamine K2, bien qu’il ne soit pas non plus facile à trouver et qu’il faille adapter nos papilles à son goût particulier. Il est cependant possible d’en consommer sous forme de suppléments, en visant un apport quotidien de 120 mcg.

 

 

K1

K2

Action physiologique

Coagulation

Métabolisme du calcium

Sources alimentaires

Légumes-feuilles verts

Natto, jaune d’œuf, foie, gras d’animaux élevés au pâturage

Carences

Peu courantes – entraînent des troubles de la coagulation

Courantes – se manifestent sous forme d’ostéoporose, de plaque artérielle et de carie dentaire

Kate Rhéaume-Bleue, ND, allocutions dans tout le Canada et présence périodique à la télévision et à la radio à titre de spécialiste en santé naturelle.

Bibliographie :

Cranenburg EC, et. al., Vitamin K: The coagulation vitamin that became omnipotent. Thromb Haemost. 2007 Jul;98(1):120-5.

Geleijnse JM, et al., Dietary Intake of Menaquinone Is Associated with a Reduced Risk of Coronary Heart Disease: The Rotterdam Study. J Nutr 2004;134: 3100-3105.

Masterjohn, Chris, On the Trail of the Elusive X-Factor. Wise Traditions 2007;8(1)14-32


« Retour
   

Les contenus diffusés sur InfoNaturel  sont informatifs et ne constituent aucunement une recommandation de traitement préventif ou curatif, ordonnance ou diagnostic ni ne doivent être considérés comme tels. L'information ne représente pas un avis médical et ne vise pas à remplacer l'avis d'un professionnel qualifié ou à s'y substituer.

En cas de malaise ou de maladie, consultez un professionnel de la santé reconnu.

Avant de consulter ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l'avis de désengagement de responsabilité et vous êtes en accord avec ses modalités. Si vous n'y consentez pas, cliquez ici
La reproduction des textes est permise mais vous devez inscrire la mention : Extrait du site www.InfoNaturel.ca , la reproduction d'images, des vidéos et trame audio est strictement interdite.

Publicités Google et BiokPlus, Les renseignements diffusés sur InfoNaturel ont pour seul but de fournir de l’information aux visiteurs du site.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.